Vasarely, peintre de l’illusion

Vasarely, expo Paris 2019
Vasarely, expo Paris 2019

Vous l’aviez déjà su avec notre agenda des expos 2019,
une rétrospective des œuvres de Victor Vasarely est actuellement au centre Pompidou.

Le Mouvement - Le Manifeste Jaune - Vasarely (1955).
Le Mouvement - Le Manifeste Jaune - Vasarely (1955).

Vasarely, un artiste inspiré par la science

La plus grande exposition jamais consacrée à Vasarely est à Paris jusqu’au 6 mai. Avec 300 œuvres, elle aborde tous les aspects de sa création, remonte jusqu’à ses débuts, attire l’attention sur ses nombreux travaux pour la publicité et sur sa notoriété pendant les années 1960.

Avant l’apparition du terme plasticien, il se définit avant tout comme un artiste du présent. Inspiré par les néo-classiques, mais aussi par les impressionnistes, il aime les collages de Matisse, apprécie Mondrian et Léger, uniquement dans sa période cubiste abstraite. Passionné par les évolutions technologiques, Vasarely se lance avec Zebra, dès 1937, dans une forme de peinture où la vision est troublée par des lignes simples. Il écrit son Manifeste jaune en 1955, lorsqu’il participe à l’exposition Le Mouvement où ses tableaux sont en compagnie de ceux de Pol Bury, Jacobsen, Soto, Tinguely.

C’est ici que naît l’art cinétique.

Vasarely "Vega" : 1957
Vasarely "Vega" : 1957

Vasarely : L’Op art, une rencontre entre l’art et les nouvelles technologies

À la différence des mouvements abstraits qui partaient de figures géométriques, comme les artistes du Bauhaus, cette tendance s’appuie sur la retranscription visuelle des ondes, des sons et des vibrations. Les illusions d’optique fragmentent la réalité et la montrent sous un aspect plus théorique. L’art cinétique se sert de la science comme vecteur artistique. Il part du constat que toutes les découvertes scientifiques actuelles n’ont été possibles qu’avec l’avènement des nouvelles technologies. Dans Vega, de 1957, le peintre déforme un damier en noir et blanc pour créer une sensation de perte de repères. Le tableau montre une réalité augmentée où les deux dimensions habituelles des représentations artistiques sont subtilement effacées. Une troisième dimension surgit de ces représentations figuratives où la géométrie devient un outil pour se jouer de nos sens. En explorant ce monde où la cybernétique commence à naître, Vasarely fait figure d’avant-gardiste alors que lui-même ne songeait qu’à créer un art du présent.

Vasarely | Exposition | Centre Pompidou

Elodie (Netbuzz), Anna (©photos)

No Comments

Post A Comment